Femme régime pomme

Hyperprotéiné, protéiné, hypocalorique, hypoglucidique, sans sel, dissocié… il existe différents types de régime minceur et pourtant il ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, il est bien difficile pour une personne qui souhaite perdre du poids de s’y retrouver parmi toutes ses propositions aux promesses attirantes. Alors quand on est décidé à modifier ses habitudes alimentaires avec l’objectif de maigrir, quelles sont les informations à prendre en compte pour faire le bon choix ? Découvrez ce que vous avez toujours voulu savoir sur les régimes et les indications nécessaires pour faire le bon choix pour une perte de poids efficace et durable.

Hyperprotéiné, protéiné, hypocalorique, dissocié, hypoglucidique. Quels sont les principaux types de régimes minceur ?

La liste des régimes existants est longue et ne s’arrête pas de grandir… Pas toujours simple de savoir lequel choisir pour perdre du poids. Surtout que la plupart du temps, un régime ne fonctionne pas. Pas parce que la méthode n’est pas efficace, mais parce qu’elle n’est pas adaptée à la personne, à ses objectifs et à son mode de vie. Quels sont donc les grandes familles de diètes, leur principe et leur efficacité ?

Le régime protéiné ou hyperprotéiné privilégie la consommation quotidienne d’aliments riches en protéines, de mélange de poudres ou boissons à base de protéines, de vitamines et de minéraux – en plus d’une pratique régulière de sport. Contrairement à d’autres méthodes, il n’y a pas réellement de restriction, la seule règle est qu’il doit contenir des protéines. Il permet ainsi, en limitant l’apport en glucides et lipides, une perte de poids rapide sans voir sa masse musculaire diminuer. Une méthode qui est plutôt facile à suivre. La personne doit cependant être impérativement suivie par un spécialiste pour limiter les carences et le redoutable effet yo-yo.

Le régime hypocalorique quant à lui consiste, comme son nom l’indique, à diminuer l’apport quotidien en calories afin qu’il soit inférieur à la dépense du corps en calories – c’est-à-dire 800 à 1200 kcal pour les femmes et 1000 à 1500kcal pour les hommes en fonction du niveau de restriction. La personne doit veiller à rééquilibrer son alimentation en pesant, comptabilisant et en diminuant les quantités : le suivi doit donc être permanent pour forcer l’organisme à puiser dans ses réserves. En plus d’une alimentation saine et équilibrée, cette méthode – tout comme l’hyperprotéinée – doit être accompagnée d’une activité sportive régulière. Ici, plus qu’un régime, il est question de réapprendre les bonnes habitudes.

Le régime dissocié est basé sur le fait que l’association de certains aliments entraîne une prise de poids. Pour cette méthode, la personne doit donc consommer une seule famille d’aliments par repas ou par journée sans autre restriction. Le patient peut facilement se lasser de ce type de régime.

Le régime hypoglucidique quant à lui s’intéresse à l’apport journalier en sucre. En effet, celui-ci consiste à réorganiser l’alimentation afin d’éliminer au maximum les aliments riches en sucres et en matières grasses forçant ainsi l’organisme à puiser dans les réserves. Une méthode qui demande de la rigueur et de la discipline, mais offrant une perte de poids immédiate.

Différentes approches, différents rythmes pour maigrir, mais comment choisir parmi toutes ces offres ?

Régimes, s’y retrouver et faire le bon choix ?

Lorsque le corps prend du poids, il ne le prend pas de la même façon d’une personne à l’autre, tout comme lorsqu’il perd des kilos. En effet, une personne maigrit de manière différente en fonction de la morphologie. Il faut donc choisir un régime qui soit adapté à son corps et trouver une méthode qui convienne à son style de vie. Le poids correspond à l’équilibre alimentaire entre les apports et les dépenses quotidiens énergétiques de l’organisme : lorsque les apports sont excessifs, le corps stocke et la personne prend du poids. À l’inverse, durant un régime, les apports sont réduits – de différentes façons en fonction du type de diet choisi – forçant ainsi l’organisme à puiser dans les réserves. Effet yoyo, problèmes de santé, fatigue, découragement… Avant de se lancer, il faut être sûr de la méthode à suivre. Échanger et parler avec un médecin spécialiste sur la volonté de perdre du poids et le régime envisagé permet d’avoir son avis d’expert sur la convenance ou non de la méthode vis-à-vis de la physiologie et du mode de vie, mais également les habitudes alimentaires. Cela permet également d’adapter, de personnaliser le régime pour une meilleure efficacité.

Les régimes sont-ils dangereux pour la santé ?

Carences, fatigue, déprime, fonte musculaire… En plus du piège de l’effet yoyo, les régimes peuvent mettre le corps à rude épreuve et les privations entraîner certains risques pour l’organisme. Modifications des habitudes alimentaires, ils doivent être suivis avec une certaine vigilance pour éviter les carences – en vitamines anti-oxydantes, en minéraux, en fibres… – mais également le déficit en micronutriments ou la fonte musculaire parfois constatées chez certains patients. Dans quelques cas, il est possible de voir également s’installer une réduction de la densité osseuse.

À cela, peuvent s’ajouter d’autres problèmes plus rares comme le ralentissement du métabolisme, l’hypertension, la dépression… Le suivi par un spécialiste s’avère donc fortement conseillé, il évitera notamment le risque au patient de basculer dans un trouble du comportement alimentaire qui peut être favorisé lors d’un régime restrictif. Lorsqu’une personne est correctement accompagnée, elle pourra non seulement suivre sa progression, mais le régime peut être facilement réajusté par le spécialiste en fonction des avancées, des ressentis du patient.