Qu’est-ce que le stress ?

Stress

Le stress est une réaction normale d’adaptation de l’organisme destinée à répondre à une agression physique ou émotionnelle.
Il met l’organisme sous tension pour le préparer à la fuite, au combat ou à la soumission (inhibition de l’action) lorsque les deux premières options sont rendues impossibles.
En état de stress, deux hormones sont alors sécrétées par les surrénales situées juste au dessus des reins : l’adrénaline et le cortisol.
L’élévation de leur taux dans le sang s’accompagne d’une accélération du rythme cardiaque, d’une augmentation de la fréquence respiratoire et d’une élévation de la pression artérielle.
Lorsque la stimulation devient trop forte ou trop répétitive, les capacités d’adaptation de l’organisme sont rapidement débordées, il ne peut plus lutter.

Action du stress sur le poids :

Dans un premier temps, un stress déclenche une montée d’adrénaline qui met l’organisme en alerte pour bouger et réagir vite. Cette première phase a plutôt tendance à brûler des calories, surtout si elle est accompagnée d’une dépense physique.

Dans sa deuxième phase, le stress s’accompagne d’une élévation du cortisol. Il a pour rôle de réparer des lésions éventuelles (effet anti inflammatoire) et de préparer l’organisme à un nouveau stress à venir en « stockant » les calories (sucres et graisses) disponibles.

Lorsque le stress devient chronique, le taux de cortisol reste à un niveau anormalement élevé ce qui entraîne deux tableaux cliniques différents :
1- L’organisme se met sur le mode « réserve » en permanence. Le métabolisme de l’insuline se dérègle et on constate une augmentation de la graisse abdominale. Cette prise de graisse majore le risque de développer un diabète de type II et une maladie cardiovasculaire.
2- L’organisme, pour se défendre contre les agents stressants, sécrète de la sérotonine (neuromédiateur apaisant), si le stress perdure, ce phénomène aboutit à un épuisement des capacités de fabrication de la sérotonine.
Ce manque va se traduire par une irritabilité à fleur de peau et du grignotage compulsif. La satiété normalement sous contrôle de la sérotonine, n’est plus freinée, et la prise de poids commence.

Les méthodes de gestion du stress

StressDifférents outils thérapeutiques (auriculothérapie, micronutrition, acupuncture, sonothérapie, hypnose) seront choisis pour chaque patient en fonction de l’origine et du retentissement de son stress.

L’hypnose pour lutter contre le stress

hypnose

« Tu n’y verras clair qu’en regardant en toi. Qui regarde l’extérieur rêve, qui regarde en lui-même s’éveille. »
Carl Gustave Jung

Il a été démontré que la plupart des gens n’utilisent que 10 % de la capacité de leur cerveau, certains chercheurs prétendent même que nous n’en utilisons que 4 %.
L’hypnose permet d’augmenter substantiellement cette utilisation et de mettre enfin à contribution, ou plutôt à notre service, les forces cachées de notre esprit.
L’hypnose est un état tout à fait naturel que nous expérimentons tous plus ou moins consciemment lorsque nous focalisons notre attention sur quelque chose, concentrés, éveillés mais engourdis. C’est ainsi par exemple, que la télévision exerce une influence non négligeable sur le comportement des jeunes spectateurs en particulier, complètement absorbés, par le programme qu’ils regardent.
L’hypnose est un mode de fonctionnement psychologique privilégié dans lequel le sujet se détache de son environnement pour fonctionner à un niveau inconscient. C’est un état de conscience élargi permettant une suggestibilité accrue dans le but de provoquer un changement comportemental, physique, psychique ou même biologique. L’hypnose est une technique de choix pour accompagner un amaigrissement, un sevrage tabagique, une aide pour lutter contre  le stress, les addictions et les douleurs.

La Méditation

Des études récentes, grâce à l’IRM fonctionnel,  ont montré que quelques minutes de méditations quotidiennes avaient un impact favorable sur le vieillissement du cortex cérébral. On ne peut plus nier le fait que la méditation a également d’autres vertus telles que l’amélioration de la concentration, une bien meilleure résistance au stress, une action sur le système hormonal, vasculaire, une régulation de la sensibilité à la douleur.

Différente techniques de méditation s’offrent à vous en fonction de votre personnalité, vos habitudes, vos croyances. Cela ne passe pas obligatoirement par la position en lotus dans une ambiance très mystique, on peut méditer en marchant dans la rue ou en mangeant ! La méditation n’est ni une religion, ni une philosophie. Celle qui est le plus étudiée dans le milieu médical est la méditation pleine conscience développée par Jon Kabat Zinn.

Le but est de rechercher le calme intérieur, les pensées, les soucis, les émotions négatives s’éliminent progressivement. La méditation correcte n’est pas une fuite devant les problèmes de la vie quotidienne, au contraire, elle donne la force pour les dépasser plus facilement.

Quelque soit les modalités utilisées, la méditation est une méthode qui permet une bonne gestion du stress et de surcroît à l’amélioration de son état de santé.

La cohérence cardiaque

On respire encore mieux avec le coeur !

Le concept de cohérence cardiaque est issu des recherches médicales de neurosciences et de neurocardiologie.
D’abord appliquée dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, la cohérence cardiaque est de plus en plus utilisée dans les programmes de gestion du stress et de l’anxiété, dans la régulation émotionnelle, dans les programmes d’entraînement sportif ainsi que dans la gestion du poids.

Etrangement, on ne cite jamais le cerveau comme siège de nos états amoureux et de nos états anxieux, car c’est dans notre corps que nos états émotionnels sont ressentis et particulièrement dans notre cœur.
La médecine a jusqu’alors renforcé le clivage entre le corps et l’esprit, pourtant, les recherches de ces dernières années tendent à démontrer que les interactions entre nos émotions et notre corps sont très nombreuses et leurs impacts non négligeables. Des disciplines médicales comportementales telles que la médecine psychosomatique ou la psychoneuroimmulogie se sont développées.
Il s’avère que le coeur est plus qu’une simple pompe physique et que, comme notre cerveau, il possède également des neurones !
Les 40.000 neurones de notre cœur sont en étroite communication via le système neurosympathique avec le cerveau limbique ou cerveau émotionnel. Ce système nerveux autonome (SNA) est constitué de deux branches : le système parasympathique jouant le rôle de frein et le système sympathique jouant le rôle d’accélérateur.
La facilité avec laquelle on peut passer d’un état d’excitation à un état de calme est liée à la capacité du système nerveux autonome de faire varier rapidement la fréquence cardiaque.

Avez-vous remarqué qu’à la moindre émotion votre cœur s’emballe ?

Sachez, qu’à l’inverse, nous pouvons apprivoiser nos émotions en apprivoisant notre cœur. Cette interactivité cœur/cerveau est  ce que l’on appelle un effet bio feedback.
La cohérence cardiaque est un état d’harmonie entre le système nerveux sympathique (accélérateur) et le parasympathique (frein), obtenu lors de l’inspiration et l’expiration, en particulier via la respiration abdominale.

La cohérence cardiaque en pratique

Nous pouvons nous mettre en cohérence cardiaque de deux façons :

1- Par l’utilisation de logiciels de biofeedback tels que le Freeze Framer ou le Symbioline.

Ces techniques d’auto contrôle se réalisent à l’aide d’un capteur qui enregistre un signal cardiaque électrocardiographique, et des exercices respiratoires et de visualisation sur un écran d’ordinateur.

Ainsi informé en permanence de l’état du corps, l’esprit peut s’y adapter selon un véritable feedback. Pour entrer en cohérence cardiaque, il faut apprendre à réguler sa respiration tout en visualisant son cœur et en se remémorant des souvenirs agréables.

2-  Sans appareillage, mais grâce à différents exercices respiratoires

L’induction respiratoire est d’ailleurs la méthode la plus simple pour parvenir à entrer en cohérence cardiaque.
Une respiration abdominale, en position assise, le dos bien droit, les pieds posés à plat sur le sol, est un gage de réussite.
Il suffit alors de respirer en adoptant une fréquence respiratoire particulière de 0,1Hz, c’est à dire une inspiration de cinq secondes, suivie d’une expiration de cinq secondes.

Pour commencer

Inspirez en gonflant bien le ventre en comptant jusqu’à 5

Puis expirez en vidant bien le ventre en comptant jusqu’à 5

Faîtes cet exercice pendant 3 minutes soit 18 cycles respiratoires. Ça y est vous avez commencé la cohérence cardiaque !